03 Systèmes de numérotation

Mais que se passe-t-il si nous quittons les nombres purs et les mots numériques que nous connaissons pour nous tourner vers d’autres systèmes de valeurs de position ? Si nous ne comptons plus jusqu’à 10, comme dans notre système décimal (qui ne s’harmonise pas avec le nombre de nos doigts), mais peut-être jusqu’à vingt, comme dans le système vigésimal. Ou à soixante, comme dans le système sexagésimal.

Une variante souvent utilisée par les cacheurs est celle des chiffres mayas ou des chiffres des Babyloniens.

Système de numérotation des Mayas

Peut-être que les Mayas comptaient avec les doigts et les orteils. Quoi qu’il en soit, ils se sont divisés en quatre blocs de cinq chiffres chacun, un point comptant pour 1 et un tiret pour 5. Tout était bien trié, les tirets, c’est-à-dire les 5 en bas, les points, c’est-à-dire les 1 en haut. Tous les chiffres plus grands étaient simplement écrits plus haut, c’est-à-dire au-dessus des blocs de chiffres jusqu’à 19. C’est ce qu’on appelle le système des valeurs de place, où le deuxième bloc en partant du bas est multiplié par 20, celui du dessus est multiplié par 400, puis vient 8000,…
Mais attention : pour les dates du calendrier, le système de valeur de place a été un peu modifié en vue des 360 jours d’une année 😉 .

Système de nombres des Babyloniens

Le système de numération utilisé par les Babyloniens était un système de soixante avec seulement 59 (il n’y avait pas de symbole séparé pour le zéro !) chiffres différents, tous composés de deux symboles en forme de coin.

Les nombres étaient écrits chiffre par chiffre de gauche à droite, comme aujourd’hui, avec les chiffres les plus significatifs à gauche.

Vous verrez, le monde des systèmes numériques est diversifié. Regardez bien. Le schéma de câblage d’une prise téléphonique portant les désignations courantes La, Lb, W, E, b2, a2 représente les bornes avec les chiffres de 1 à 6. Ajoutez à cela le 0 et vous obtenez le système à 7 chiffres. Il ne reste plus qu’à convertir.